Sunday, September 29, 2019

Brigands et héros, responsabilité, renversement, et le besoin d'inventer une justice plus réelle


Le 25 septembre 2019, une femme a été condamnée à Paris pour diffamation envers un homme qu'elle accusait publiquement de harcèlement sexuel. Le tribunal a estimé que les faits, sur lesquels l'homme et la femme sont d'accord, ne constituent pas du harcèlement sexuel.

Il y a un goût de défaite dans cette victoire. Car ce que l'homme reproche vraiment à la femme, c'est moins son accusation, dont la crudité, après tout, n'était que consécutive à celle de ses propres propos, que les conséquences de cet échange maladroit.

Elles furent dévastatrices. L'homme a perdu tous ses clients, sa compagne, et la femme elle-même reconnait avoir été dépassée par les conséquences, au point qu'elle s'est mise, pour y faire face, "en mode robot". Comme s'il y avait deux victimes. Mais deux victimes innocentes. Cette homme et cette femme sont les premiers innocents de cette affaire.

Au fond, si les mots que l'homme a prononcés ne constituent pas un délit, pourquoi les écrits de la femme, leur faisant écho avec la même vulgarité, en seraient-ils un?

C'est comme si ce procès s'était trompé de cible. La femme n'a ni annulé les contrats de cet homme, ni encouragé sa compagne à le quitter, ni détruit sa réputation auprès de ses enfants.

Qui a fait cela? La réponse se devine bien, mais est difficile à formuler, et chacun doit se poser la question. Il faut essayer de parler, de formuler.

La justice n'est capable que de condamner un individu pour protéger la société. Elle est incapable de condamner la société pour protéger un individu. Sinon elle se détruirait elle-même.

Cette contradiction révèle la superficialité de la société, son incapacité à se fonder sur elle-même, révélée par la phrase de Machiavel, "Ce n'est pas le titre qui honore l'homme, c'est l'homme qui honore le titre", avec pour conséquence logique: "Ce n'est pas la société qui condamne l'individu, mais l'individu qui la condamne". Ce genre de retournement n'est pas rare, dans la littérature ou chez les brigands et héros célèbres de l'histoire, Gandhi qui dicte à son juge la sentence qu'il va lui infliger, Edward Snowden, qui nous conseille de "défendre la justice" au lieu d'espérer qu'elle nous défende, ou Julian Assange, dont il est devenu de plus en plus difficile de trouver, où que ce soit dans le monde, une défense ou un éloge publics, depuis son emprisonnement pour avoir révélé de terribles crimes contemporains.

Ce qui nous mène à ces deux questions: Qu'est-ce qui mérite vraiment d'être défendu? Et: Qu'est-ce qui est vraiment condamné ?

Dans tout jugement, n'est-ce pas la société à qui la peine est infligée? Implacablement et aveuglément, se figurant l'infliger à un individu.

Nous devons inventer une nouvelle forme de justice, fondée sur la personne, sur la force de l'individu. Elle existe déjà. Il nous faut des oreilles fines pour l'écouter, là où elle jaillit, comme les crocus sous la neige. Reconnaissons nos héros, aimons-les, et n'ayons pas peur de le devenir aussi, jour après jour, humblement. Nous méritons mieux que la haine de twitter.

No comments:

Post a Comment