Sunday, September 29, 2019

Bandits and heroes, owning, reversal and the need to invent a more real justice


On 25th September in Paris, a woman has been sentenced to pay a compensation to a man she was publicly accusing of sexual harassment. The facts, on the details of which the man and the woman agree, do not constitute sexual harassment according to the court.

There is a bitter taste to this legal victory. Because the damage the man has suffered do not come from the woman's accusation, which was nothing but a sort of long-delayed response to his own words, at a similar level of vulgarity and posture.

The damage was done by society. And it has been harsh. He lost all his clients, many of his friends, his wife, and struggled to explain the event to his children, who were informed by social media.

That he had apologised the next day, that the accusation was done after a 5-year delay, counted for nothing. 5 years after he apologised for his words, society as a whole stood by his accuser's words, no less crude, and put her on a pedestal, and made her feel, not like an unimportant opportunist, but like the crusader of a great cause. So when he asked her, not even to apologise, but to withdraw her accusation, nobody would have understood or supported her if she had done that, even if she wanted. Society would not have accepted it. He went to court.

And now, the court has condemned her for defamation.

Of course, a court of law cannot judge society, whatever harm it has done to a person. It can only judge another person, in the name of society. There is no other way.

But this strange thing happen: There are 2 victims here, the man and the woman, and both are innocent. Or at least, they are the most innocent of us all: The signatories to incendiary calls to crusade, the twitting and re-twitting, the stylish commenters, all those who try to keep themselves clean, who hope to pre-empt accusation by prudent virtue-signaling and safe distancing.

But society is unable to inflict a punishment on a person. The person always escapes unhurt. Society only hurts itself. Machiavelli's famous quote, "It is not titles that honour men, but men that honour titles", inescapably has the opposite consequence: Society does not judge individuals, individuals judge society. History is replete with famous bandits and heroes who illustrated this reversal, including Gandhi who dictated to his judge the sentence he inflicted on him, Edward Snowden who reminded us that "Justice does not defend people, people defend justice", and Julian Assange, who has gradually lost, not only all his supporters, but even the most elementary respect, after he started, years ago, to rot in confinement, after having exposed some terrible crimes of our time. One cannot escape the feeling that our attitude has made him one of the cleanest persons on earth right now.

More simply, Sandra Muller and Eric Brion, by enduring our collective, sub-human, "sexual harassment by procuration", have unwillingly exposed our lazyness and darkness . We owe both of them, an apology.

We need to invent real justice, founded on the strength of the person. It is sprouting already, in many places, we just have to make silence and open our ears to listen to it. We must look at our real heroes, love them, and become so ourselves, day after day, humbly.

We deserve better than the sub-human hate of "twitter".

Brigands et héros, responsabilité, renversement, et le besoin d'inventer une justice plus réelle


Le 25 septembre 2019, une femme a été condamnée à Paris pour diffamation envers un homme qu'elle accusait publiquement de harcèlement sexuel. Le tribunal a estimé que les faits, sur lesquels l'homme et la femme sont d'accord, ne constituent pas du harcèlement sexuel.

Il y a un goût de défaite dans cette victoire. Car ce que l'homme reproche vraiment à la femme, c'est moins son accusation, dont la crudité, après tout, n'était que consécutive à celle de ses propres propos, que les conséquences de cet échange maladroit.

Elles furent dévastatrices. L'homme a perdu tous ses clients, sa compagne, et la femme elle-même reconnait avoir été dépassée par les conséquences, au point qu'elle s'est mise, pour y faire face, "en mode robot". Comme s'il y avait deux victimes. Mais deux victimes innocentes. Cette homme et cette femme sont les premiers innocents de cette affaire.

Au fond, si les mots que l'homme a prononcés ne constituent pas un délit, pourquoi les écrits de la femme, leur faisant écho avec la même vulgarité, en seraient-ils un?

C'est comme si ce procès s'était trompé de cible. La femme n'a ni annulé les contrats de cet homme, ni encouragé sa compagne à le quitter, ni détruit sa réputation auprès de ses enfants.

Qui a fait cela? La réponse se devine bien, mais est difficile à formuler, et chacun doit se poser la question. Il faut essayer de parler, de formuler.

La justice n'est capable que de condamner un individu pour protéger la société. Elle est incapable de condamner la société pour protéger un individu. Sinon elle se détruirait elle-même.

Cette contradiction révèle la superficialité de la société, son incapacité à se fonder sur elle-même, révélée par la phrase de Machiavel, "Ce n'est pas le titre qui honore l'homme, c'est l'homme qui honore le titre", avec pour conséquence logique: "Ce n'est pas la société qui condamne l'individu, mais l'individu qui la condamne". Ce genre de retournement n'est pas rare, dans la littérature ou chez les brigands et héros célèbres de l'histoire, Gandhi qui dicte à son juge la sentence qu'il va lui infliger, Edward Snowden, qui nous conseille de "défendre la justice" au lieu d'espérer qu'elle nous défende, ou Julian Assange, dont il est devenu de plus en plus difficile de trouver, où que ce soit dans le monde, une défense ou un éloge publics, depuis son emprisonnement pour avoir révélé de terribles crimes contemporains.

Ce qui nous mène à ces deux questions: Qu'est-ce qui mérite vraiment d'être défendu? Et: Qu'est-ce qui est vraiment condamné ?

Dans tout jugement, n'est-ce pas la société à qui la peine est infligée? Implacablement et aveuglément, se figurant l'infliger à un individu.

Nous devons inventer une nouvelle forme de justice, fondée sur la personne, sur la force de l'individu. Elle existe déjà. Il nous faut des oreilles fines pour l'écouter, là où elle jaillit, comme les crocus sous la neige. Reconnaissons nos héros, aimons-les, et n'ayons pas peur de le devenir aussi, jour après jour, humblement. Nous méritons mieux que la haine de twitter.

Tuesday, September 17, 2019

Who really bombed the refineries?

The largest oil refinery in the world, in Abqaiq, Saudi Arabia, is reportedly devastated by fire, and its output capacity reduced by half.

Saudi Arabia is supposed to be protected by the world's 3rd largest military in terms of budget, just behind USA and China. This is by far the highest military spending in the world, both per GDP and per capita. All of its military equipment is US-made, including 
5 BOEING AWACS (Airborne early Warning and Control) and 6 battalions of PATRIOT air defense systems, all (AWACS and PATRIOT) manned by US officers.


https://www.rt.com/op-ed/468935-saudi-oil-field-drone-attack/

https://www.bbc.com/news/world-middle-east-49054323

Yemen has claimed responsibility for the fire, saying it successfully flew a swarm of armed drones 1,000 km into Saudi territory, as retaliation for the 
Saudi-led bombing campaign it is suffering since 2015.


Yemen, one of the poorest nations in the world, has lost 80,000 of its citizen and most of its infrastructure, is experiencing a humanitarian disaster and a famine, due to the bombing and blockade by Saudi Arabia, the US, UK and UAE, but also from France, Israel and a few other NATO-affiliated countries, started in March 2015 and continuing to this day.

However, from the recent news we gather that drones are not the most difficult targets to bring down. Iran brought down several high-altitude US drones, one of them intact, and the Russians have 
defeated at least a dozen armed drone attacks against their airbase in Khmeimim in Syria, including a sophisticated one involving Awacs. Syria and Lebanon brought down many armed Israeli drones recently, and Israel also seems reasonably happy with the performance of its own PATRIOT air defense systems, the same that Saudi Arabia has, which it says 
successfully brings down almost all missiles, planes and drones that have targeted its territory.

So, was Yemen incredibly lucky to drive a dozen drones 1,000 km undetected through Saudi Arabia and devastate its largest refinery?

But there are other ways to reach there. In the Middle East, US-made stealth airplanes like the F-22 operated by the US and the F-35 operated by Israel, have been designed to evade air defenses.

In fact, it is not entirely clear what the PATRIOT, a US-made air defense system operated by US officers would actually do, when detecting a US-made bomber operated by the US or by a US ally like Israel. These systems are "friends" probably on several layers of software.

This was the main argument advanced by the US for cancelling the sale of F-35 to Turkey after they purchased the Russian S-400, and, one would guess, probably the very reason Turkey purchased the S-400 in the first place, after the failed coup in 2016.

Saudi Arabia was also in talks with Russia to purchase the S-400, even before the attack on their refinery.

In a paradoxal way, the US is now defending the notion, via their mainstream media, that their PATRIOT system has LIMITED CAPABILITIES, and is even INFERIOR to the Russian S-400! When did a country claim that the weapons they are trying to hard-sell (just last month, to Turkey and India) are INFERIOR to those of their stated enemy???

https://www.stripes.com/news/middle-east/saudi-wealth-and-weaponry-still-can-t-guarantee-oil-s-protection-1.599227

https://www.nytimes.com/interactive/2017/12/04/world/middleeast/saudi-missile-defense.html

So, who really bombed the refineries?

https://www.veteranstoday.com/2019/09/16/neo-the-strange-case-of-the-burning-saudi-refineries/

Friday, September 6, 2019

1969: Les Halles déménagent du centre de Paris à Rungis


1969: Les Halles déménagent du centre de Paris à Rungis
Pierre Fournier, Hara-Kiri Mensuel No. 92, Mai 1969.


Les Halles de Paris


Les Halles de Rungis


Ce que le meilleur architecte de l'epoque en disait:

https://m.ina.fr/video/I09015223/critique-du-projet-de-renovation-des-halles-par-l-architecte-fernand-pouillon-video.html

Aujourd'hui la resurrection des Halles est complete, on se croirait vraiment au tout dernier terminal de l'aeroport de Roissy. Ou de Doha. Ou Bangalore. Je ne sais plus...

"Le Monde", avec 50 ans de retard, s'inspire de l'image de Pierre Fournier:
http://imagesociale.fr/7823

Thursday, January 31, 2019

Emmanuel Macron se compare à Poutine, puis à Louis XVI… mais Bloomberg ne retient que Poutine!

Mais n'êtes-vous pas capable de rêver d'autre chose, monsieur le président?

https://in.reuters.com/article/france-economy-macron/in-versailles-macron-vows-to-reform-to-avoid-kings-fate-idINKCN1PF1I2

https://www.bloomberg.com/opinion/articles/2019-01-28/gilets-jaunes-do-a-big-favor-for-emmanuel-macron

Mais non monsieur le président, vous n'êtes pas Louis XVI, héritier réformiste de l'ancien régime mort il y a 230 ans, et si vous vous cherchez des comparaisons historiques, ne pensez pas non plus à Vladimir Poutine.

https://sputniknews.com/world/201804181063668959-macron-putin-twitter/

Non, ne vous bercez pas d'illusion, pensez plutôt à Nicolas Ceaucescu, le "Danube de la Pensée", mort il y a 30 ans, comme vous enfant chéri des réseaux atlantistes, comme vous photogénique et brillant chef d'état à 39 ans! Ou bien Victor Yanukovich, soutien de l'OTAN et contributeur à l'invasion de l'Irak, soudainement lâché par l'OTAN lorsqu'il a voulu l'indépendance de son pays, l'Ukraine.

Si Bloomberg vous lâche en vous comparant, insulte suprême, à "Poutine", c'est un signe clair. Mais, mais...

Si, en même temps, malgré tout vous vous accrochez et vous reposez de plus en plus, comme Ceausescu, sur la police, vous le faites probablement avec la permission, voire la discrète bénédiction des banques.

Serait-ce une stratégie du pourrissement, visant à briser les reins en profondeur à cette traditionnelle arrogance française qui persiste à se prétendre "libre" et "révolutionnaire"?

Bloomberg ne propose qu'une alternative: les "libertariens". C'est en effet ce qui va arriver si la violence et le chaos s'aggravent. On a déjà "l'état islamique" (qui l'a sonne, celui-là?) qui menace ouvertement les gilets jaunes, va-t-on voir bientôt arriver les snipers de l'OTAN sur les toits, l'Ukraine à Paris?

Votre franchise, monsieur le président, est poignante. Louis XVI, on sait comment il a finit.

S'il vous plait, osez rêver à autre chose. Aucun français ne veut vous guillotiner. Rejoignez les Gilets Jaunes! Soyez un Thomas Sankara qui a réussi! Ayez ce courage. Vous mourrez peut-être assassiné, comme lui. Mais mieux vaut périr assassiné comme Thomas Sankara que comme Louis XVI, non? Et nous, les Français, vous protégeront. Ni guillotine, ni violence, ni coup d'état "libertarien". Mettez fin aux violences policières. Nous vous aiderons à devenir un Thomas Sankara qui réussi. 

Nous avons confiance en nous. Ayez confiance en vous.
Ayons confiance en la France!

Thursday, November 15, 2018

Le calme d'Océan


Cher Océan, je ne vous connaissais pas jusqu'à hier. J'ai lu un article dans le media citoyen Panamza racontant votre "lynchage" à la télé, puis j'ai regardé le passage sur youtube, et finalement j'ai lu votre tribune en défense de Houria Bouteldja dans Libération. Belle, simple, et claire.

Votre réaction à la télévision, admirable de spontanéité et tellement magnanime face à une attaque imprévisible mais préméditée (comme Christine Angot le reconnait froidement) m'a touché. Vous n'avez rien lâché sur le fond, et vos adversaires (auto-déclarés) ne méritaient pas la grâce avec laquelle vous les avez protégés de leurs propres émotions.

Une phrase résume à mes yeux leur numéro de duettistes: "Il n'y a pas de point de vue", affirme Christine Angot, reprise par Franz-Olivier Giesbert, qui agissait en parfaite symbiose mais sans prendre d'initiative, comme un chien d'attaque perçoit les sentiments de son maitre.

C'est la même phrase avec laquelle l'armée israélienne justifie d'avoir écrasé Rachel Corrie sous un bulldozer blindé: "le soldat ne l'a pas vue". Effectivement, il n'a probablement pas vu Rachel Corrie. Il n'a pas vu un être humain, mais une cible. C'est l'attitude du médecin nazi qui examine les dents de Primo Levi comme s'il n'était pas un être humain mais un animal (Si c'est un homme). C'est le sentiment qui habitait les européens obsédés par "la question juive" il y a presque 100 ans, et leurs héritiers aujourd'hui, obsédés par d'autres fantasmes, mais sacrifiant les mêmes victimes. Car les victimes sont toujours les mêmes, seul leur nom change. Ce sont toujours celles et ceux dont la parole n'est pas légitime, dont le point de vue n'existe pas, car "il n'y a pas de point de vue", disent leurs oppresseurs.

Cet épisode fait partie de ces moments de vérité, qui révèlent aux yeux de tous que nous ne pouvons jamais éviter d'agir selon nos valeurs, selon ce que nous croyons vraiment, même lorsque nous essayons de nous les cacher. Vos agresseurs refusent de comprendre car ils ne sentent que trop bien que votre phrase les met à nu, mais ils n'ont pas le courage de comprendre pourquoi. "Il n'y a pas de point de vue" répètent-ils. Ils voudraient être transparents, "neutres", ainsi il n'y aurait pas besoin de regarder disent-ils, "les choses sont la", comme elles sont. Pas besoin de faire un effort. Mais vous avez le courage de regarder, non seulement avec les yeux mais avec le cœur, comme disait Saint-Exupéry.

La grâce de votre spontanéité et de votre calme restent une leçon pour moi.
Laurent Fournier

http://www.panamza.com/041118-angot-giesbert-ocean/
https://www.liberation.fr/debats/2016/05/30/qui-a-peur-de-houria-bouteldja_1456167

Note (16-11-2018): les media israeliens sont beaucoup plus francs, beaucoup moins hypocrites que les francais, si typiquement representes par les deux comparses cites plus haut. Lisons Uri Avneri, Yeshayahu Ben-Aharon, Yeshyahu Leibowitz, qui vivent (vivaient) en Israel, et qui acceptent (aient) pleinement les risques et la responsabilite de leurs actes, contrairement a un editorialiste suffisant se donnant en spectacle en "tremblant" sur un plateau tele a Paris, et jetant de l'huile sur le feu d'un conflit dont il ne court pas le risque de souffrir. Mais pour qui se prend-t-il? Connais-t-il le prix d'etre un journaliste en Palestine?

Lisons particulierement Uri Avneri, et son dernier article, publie 2 semaines avant sa mort cet ete:
https://www.veteranstoday.com/2018/08/07/who-the-hell-are-we-uri-avnery/

Yeshayahu Ben Aharon:
http://www.academia.edu/1056459/A_Revolutionary_Son_of_a_Revolutionary

Ben Aharon dit franchement que la toute premiere condition pour que la paix soit possible est qu'Israel cesse de se considerer comme le poste avance de la colonisation occidentale - Il est donc bien d'accord avec Ocean, non?

Yeshayahu Leibowitz (lu ce matin):
https://www.rt.com/news/443954-judeo-nazis-chomski-leibowitz/